Intertextualité

J'aurais pu faire un livre qui serait lu dans la seule optique de divertir, seulement ce n'est pas le cas. Depuis le début, j'ai le parti-pris d'écrir pour le plaisir de lire, et ce plaisir n'est pas seulement immédiat : il se travail, il se cherche, il décèle, il doit surprendre. Raison pour laquelle Lost Souls est riche de figures de styles, d'échos, de pendants, d'intertextualité.

Quelques points dans Lost Souls :

- Le prénom et le nom de l'héroïne, Elisée Bridge, est issu de l'Ancien Testament : prophète de Dieu, son nom signifie Dieu a aidé. Dans un Israël gouverné par la débauche, Elie et Elisée rappellent aux peuple qu'ils se détournent de Dieu en adorant Baal et Astarté. De ce fait, Elisée est une prénom masculin et non féminin. Quant à son nom de famille, Bridge, il vient de l'anglais : "Pont", soulignant un lien permanent neuf ou pre-existant, un moyen de lier deux points.

- Les âmes-perdues Axel et Caïn proviennent (à déformation près du prénom Abel en Axel) aussi de la Genèse et du Coran. Ils sont les fils d'Adam et Eve. Caïn cultive la terre et Abel le troupeau. Lors des offrandes, Dieu garde celles d'Abel (les premiers-nés de son troupeau de moutons). Jaloux, Caïn tue son frère, provoquant ainsi le premier meurtre de l'humanité, et faisant d'Abel le premier mort simultanément.

- Des références multiculturelles scandent l'histoire : Star Wars, Doctor Who, Disney, etc. Le but est de les retrouver.

- Le prénom Heathcliff est issu de Wuthering Heights (Les Hauts de Hurlevent) d'Emily Brontë.

Qu'est-ce que l'intertextualité ? Un mort barbare qui veut signifier qu'il existe des liens entre les textes. Julia Kristeva estime que "Tout texte se construit comme une mosaïque de citations, tout texte est absorption et transformation d'un autre" dans Sèméiôtikè, recherches pour une sémanalyse en 1969. La notion d'intertextualité est initiée dès 1966.

- Le monde Skotos, issu du grec σκότος, ους, τό, signifie "ténèbres", l'obscurité de la nuit, et métaphoriquement ce qui dirige des personnes obscurci par leurs jugements.

- L'appellation absont, inventé par Heathcliff en arrivant sur Skotos, est la contraction de "asbence" et "conscience".

- L'ancien terme utilisé par les âmes-perdues pour nommer les absonts : bioskotos, littéralement la matière vivante des ténèbres.

- Les noms des villes : Libera (qui autrefois s'appelait Light, en opposition à Dark) est l'autre nom de Proserpine (ou Perséphone, fille de Cérès/Déméter), elle est la déesse des saisons et reine des Enfers.

Locas : de l'espagnol "folle".

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 13/01/2017